Gommage oriental au savon noir

Procédez au véritable gommage oriental avec le kessa associé à ce savon noir à l’huile essentielle d’Eucalyptus pour exfolier peaux mortes et autres toxines. Utilisé seul au quotidien il lavera votre peau en profondeur lui apportant ses vertus adoucissantes et relaxantes. Format: 500ml.
Huile d’Olive Huile de Sésame Huile essentielle
d’Eucalyptus

8.90 €

Huiles essentielles : comment se déboucher le nez ?

Nez bouché, rhume, bronches encombrées…Vous avez tout essayé mais les symptômes persistent ? Il existe une solution simple, efficace et naturelle pour surmonter ces petits désagréments saisonniers : l’inhalation d’huiles essentielles ! La grande volatilité des huiles essentielles leur permet d’entrer en contact direct avec les muqueuses nasales. Pour en savoir plus regardez la vidéo !

Attention à bien fermer les yeux lors de l’inhalation.

Le comptoir Aroma

Des remplaçants pour le sel

Des remplaçants pour le sel

Viandes, poissons, légumes… il n’est pas utile, ni nécessaire de saler vos aliments pour en relever le goût. Et si vous en profitiez pour découvrir de nouvelles saveurs ? Suivez les avis de Florian Coasne, chef cuisinier à Nantes pour l’Atelier des chefs. Son conseil : cuisiner soi-même, c’est encore la meilleure solution pour éviter de consommer trop de sel.

Les viandes

- Le bœuf . Place aux poivres. Il en existe bien d’autres variétés que le poivre gris. N’hésitez pas à rechercher l’exotisme. Africains, jamaïcains ou d’origine asiatique, les poivres sont très divers. Et ils apporteront à vos entrecôtes des couleurs et une énergie que vous ne leur imaginiez peut-être pas… Florian nous conseille d’ailleurs « un assaisonnement minute, juste avant de servir, pour que le poivre ne perde pas ses saveurs durant la cuisson ».

Pour les plats traditionnels de l’hiver tel le bœuf bourguignon ou pour les grillades de l’été, misez sur la marinade. Laissez place à votre imagination. Faites des tests pour trouver les saveurs qui vous séduisent. Tentez le clou de girofle, le cumin – le kamoun oriental- ou la coriandre. Du côté des herbes, le thym et le laurier se marient très bien avec le bœuf. « La sauge est souvent oubliée, mais elle est parfaite » continue notre chef. « Son parfum est envoûtant et elle possède des vertus digestives. » Et si vous allez vers les plantes à bulbe, n’oubliez pas l’ail hâché…

- L’agneau. Comme le bœuf, la chair de l’agneau s’allie très bien à l’ail ou au thym. Vous pouvez aussi le déguster avec de la menthe. Mais inutile de penser à la sauce de nos amis britanniques. Ce n’est plus le temps du carême… Alors, tournez-vous plutôt vers les 1 001 nuits et préparez-le en tajine !

- Les volailles et le lapin. Florian Coasne nous suggère d’emprunter la voie des escalopes panées. « En mélangeant de la farine, un œuf battu et de la chapelure de pain. Mais vous pouvez remplacer cette dernière par des noisettes pilées, des amandes, des éclats de fruits secs ou d’agrumes. Parsemez de cumin, de badiane ou de fenouil pour apporter un peu de fraîcheur ou encore de petites graines de sésame pour le côté croquant. » Notons aussi que l’estragon ou le basilic sont d’excellents substituts.

Sans oublier la moutarde, parfaite avec le lapin… avec modération cependant car elle-même contient du sel.

- Le veau. Sa chair tendre et délicate aime être parfumée. Là aussi, le basilic ou l’estragon seront parfaits. « Il est très important de créer des saveurs. Essayez par exemple un jus à base de citronnelle que vous aurez fait infuser ou encore la poudre de curry ».

- Le porc. Il apprécie les mélanges d’épices. Le traditionnel curry, mais aussi le curcuma ou l’anis. Un mélange 5 épices (clou de girofle, cannelle, poivre, anis et fenouil) fera aussi son effet et donnera une touche indienne.

Les poissons

« L’avantage du poisson de mer est d’être déjà salé note Florian Coasne. Une petite pincée de curry, de safran, des graines de coriandre parsemées avant cuisson confèreront à vos poissons un parfum des plus envoûtants. Vous pouvez aussi essayer les goûts anisés avec la badiane. Et naturellement, romarin et laurier sont toujours des valeurs sûres.

Un exemple de recette : la papillote de cabillaud. Florian Coasne insiste sur le fait « qu’il est préférable d’utiliser un matériel en silicone plutôt qu’en aluminium ». Garnissez votre papillote de légumes frais (pouces de soja, pois gourmands…), ajoutez le cabillaud émincé, du gingembre râpé, un bâton de citronnelle… et le tour est joué. Placez au four à 180°C pendant une vingtaine de minutes.

Le riz et les pâtes.

Remplacez le sel par des substituts au goût fin, vous préserverez mieux la saveur initiale du produit. Faites par exemple cuire votre riz avec un bouquet garni, puis ajoutez-y une gousse d’ail, du gingembre ou encore de l’anis étoilé.

Pour les pâtes, même chose. Préparez un coulis de tomates. Pour cela, pelez et épépinez ces dernières. Rien de plus simple. Tailler une croix à la base et plongez les quelques secondes dans une casserole d’eau bouillante. La peau se retire alors très facilement. Puis faites chauffer un filet d’huile d’olive dans une grande casserole. Ajoutez les tomates, du basilic, des oignons… laissez mijoter 20 minutes à petit feu. Vous pouvez accompagner cette sauce d’un yaourt frais mélangé à de l’ail pressé. Le mélange est parfait.

Les pommes de terre

Elles apprécient les herbes sèches et les poivres exotiques. Essayez les pommes de terre au four. Accompagnez-les d’une sauce à base de crème fraîche épaisse et de ciboulette ciselée. Vous verrez que le sel ne vous manquera pas ! Ne négligez pas non plus le persil.

Enfin, sachez qu’il existe depuis peu, un sel 100% naturel et…liquide. Baptisé « l’O des salines », il vous permettra de réduire de 2 à 3 fois votre consommation de sodium. Quelques pulvérisations suffisent en effet pour retrouver les saveurs authentiques du sel. Tenté ? Rendez-vous sur le site www.o-des-salines.com.

Vous l’avez compris, le sel n’est en rien indispensable en cuisine. Herbes, épices… les substituts sont légion. Le but du jeu est de les expérimenter et de trouver les saveurs qui vous correspondent le mieux.

Source : Interview de Florian Coasne, 19 avril 2011

Allergies : faites la chasse aux pollens…

Allergies : faites la chasse aux pollens…

Selon les représentants de l’Association Asthme et Allergies, outre l’ambroisie qui sévit désormais dans une large partie du pays, « la moitié nord de la France est également concernée par un risque allergique élevé au pollen de bouleau. Notez bien ces quelques conseils, si vous souffrez régulièrement de rhinite allergique saisonnière. Autrement dit, du rhume des foins

Eternuements, yeux rouges, paupières gonflées, nez qui coule… Autant de symptômes qui surviennent après une exposition à des pollens ou toute autre substance allergisante. Et au printemps, les principales attaques de pollens viennent de 3 familles végétales : les graminées, les herbacées et les arbres. Parmi ces derniers, surveillez spécialement le bouleau.

Le bouleau est très allergisant. Si ses feuilles sont particulièrement appréciées pour leurs vertus anti-oxydantes, il se distingue toutefois par une production importante d’un pollen dont la taille est inférieure à la moyenne. Pour les initiés, le pollen de bouleau n’excède pas 20 millièmes de millimètre, contre 30 à 40 en général.

En raison de sa petite taille, le pollen de bouleau est très facilement transporté par le vent et… très largement dispersé dans l’air. En conséquence, il pénètre facilement les voies respiratoires, « ce qui peut entraîner une réaction allergique plus ou moins sévère chez les personnes sensibilisées », explique l’Association. De plus, le « risque d’exposition au pollen de bouleau, habituellement élevé au mois d’avril, a été renforcé ces derniers jours par des conditions météorologiques estivales favorisant une pollinisation de masse ».

Que vous soyez sensible au pollen de bouleau, ou à tout autre allergène aérien, suivez ces quelques conseils ; ils vous faciliteront la vie :

Consultez ! La rhinite allergique est un facteur de risque d’asthme. Pour éviter qu’elle ne s’aggrave, il est indispensable de la prendre en charge sans délai. Interrogez votre pharmacien : certains antihistaminiques sont disponibles sans ordonnance et sous forme générique. C’est le cas de la cétirizine à 10mg, présentée en conditionnements de 7 comprimés, glissés dans un « étui nomade » : optimal pour l’avoir toujours sur soi en cas de rhinite allergique ponctuelle. Et si la rhinite se répète, gagne en intensité ou se prolonge trop, consultez votre médecin. Le cas échéant, il vous adressera à un allergologue pour « un bilan complet, indispensable pour prescrire un traitement adapté ».

Evincez les pollens ! Dans tous les cas, la mesure-phare pour prévenir le rhume des foins, reste… l’éviction des pollens. Et c’est bien plus facile à dire qu’à faire… En pratique, face à un pic pollinique – comme en ce moment – évitez les promenades et les pique-niques à la campagne. Dans votre jardin, diversifiez les plantations en évitant les plus allergisantes (cyprès, thuyas…). Evitez de tondre vous-même le gazon. Prenez une douche le soir avant de vous coucher, sans oublier de vous laver les cheveux. Vous éviterez ainsi de déposer des pollens dans votre lit. Et pour en savoir davantage sur le sujet, rendez-vous sur www.asthme-allergies.org/.

Source : Association Asthme et Allergies, 15 avril 2011

Le son d’avoine : ses vertus

Le son d’avoine est réputé pour ses nombreuses vertus, notamment amincissantes, anti diabète et anti cholestérol. Le point sur ses atouts avec le médecin qui a révélé ses bienfaits au grand public : le nutritionniste Pierre Dukan.

Le son d’avoine fait maigrir

« Pris régulièrement, le son d’avoine possède des vertus amaigrissantes », selon le Dr Pierre Dukan, nutritionniste. Pourquoi le son d’avoine aide à mincir ? Par sa double action, rassasiante et satiétogène. Riche en fibres solubles et en pectine, il possède la propriété d’absorber 30 fois son volume d’eau. En le consommant pendant les repas tout en buvant suffisamment, ses fibres se solubilisent, s’engorgent d’eau dans l’estomac et procurent un rapide rassasiement mécanique. Autre atout : son action anti stockage calorique au niveau de l’intestin grêle. La haute viscosité du son le fait coller à tout ce qui l’entoure, notamment les nutriments et calories. Résultat, il les empêche de passer dans le sang et les entraîne avec lui directement dans les selles.

Il fait baisser le cholestérol

« Les fibres du son d’avoine, consommées régulièrement et en quantité suffisante, réduisent le taux du cholestérol sanguin d’origine alimentaire d’environ 15 %. Une solution intéressante pour ceux dont le taux de cholestérol se situe entre 2,10 et 2,30 g/l et ne relève pas encore pleinement de la médication », explique le Dr Dukan, nutritionniste. Pourquoi : Selon une étude australienne en 2002, les fibres solubles en grandes quantités favorisent l’excrétion fécale du cholestérol et diminuent sa fabrication par le foie. Consommation : 3 c. à soupe par jour avec un verre d’eau, une avant chaque repas, à vie. A noter : Le son d’avoine ne remplace pas les médicaments prescrits, mais aide à la prévention et participe à la guérison.

Il combat la constipation

Une femme sur trois est constipée, et la moitié d’entre elles de manière chronique. Le son d’avoine est une solution simple pour lutter contre ce problème. Pourquoi : Le son d’avoine est capable d’absorber jusqu’à 30 fois son volume d’eau et permet une meilleure hydratation de selles plus volumineuses, ce qui régule le transit intestinal sans violence ni irritation. Consommation : 3 c. à soupe par jour avec un verre d’eau avant les repas. L’action n’est pas immédiate mais s’inscrit sur la durée.

s

Il donne de l’éclat à la peau !

Comme de nombreuses céréales, le son d’avoine constitue une excellente source de minéraux et de vitamines (vitamines B, E, zinc, manganèse…), dont la synergie exerce une action de protection de la structure conjonctive et de l’élasticité de la peau. Pourquoi : C’est notamment l’une des meilleures sources de vitamine B2, très active sur la protection de la peau et des phanères (cheveux, ongles). Consommation : 2 c. à soupe le matin au petit déjeuner avec un liquide, à vie.

Il prévient le diabète

Bien qu’il ne remplace pas un régime pauvre en sucres ni l’exercice physique, le son d’avoine permet de ralentir la vitesse d’absorption des sucres, et transforme des sucres rapides en semi-lents. Pourquoi : Selon une étude canadienne en 2002, le bêta-glucane, une fibre soluble contenue en grande quantité dans le son d’avoine, ralentit l’absorption des sucres, réduit les pics de la glycémie et les besoins en insuline. Consommation pour les prédiabétiques : 2 c.à s. par jour avec un verre d’eau, une avant chacun des 2 principaux repas, à vie. A noter : Le son d’avoine ne remplace pas les médicaments prescrits pour une pathologie avérée, mais aide à la prévention et participe à sa guérison.

Ne confondez pas son et flocons d’avoine !

Le flocon est issu du grain d’avoine, riche en calories et en glucides, pauvre en fibres. Le son est issu, lui, de l’enveloppe fibreuse de l’avoine, très riche en béta glucane, principe médicinal de ces fibres. Seul le son possède les vertus mentionnées dans les pages précédentes. De plus, le son d’avoine est l’un des produits céréaliers les plus riches en protéines, bien davantage que les flocons. Sachez-le : Il est possible d’utiliser le son d’avoine dans des recettes. Le porridge au son d’avoine est par exemple très apprécié au petit déjeuner. On peut aussi l’introduire pour en faire des galettes, des muffins, des crêpes, des fonds de pizzas ou des boulettes.

Sources
Florence Massin – Validé par Dr Pierre Dukan

Remerciements au Dr Pierre Dukan, nutritionniste, auteur de l’ouvrage Mon secret minceur et santé – Le miracle du son d’avoine (Ed.J’ai lu) et créateur du site www.regimedukan.com – Jenkins AL, Jenkins DJ, et al. Depression of the glycemic index by high levels of beta-glucan fiber in two functional foods tested in type 2 diabetes. 2002. – Truswell AS. Cereal grains and coronary heart disease. Australie 2002

Les vertus insoupçonnées de… la mandarine

Il semblerait que la mandarine soit un vrai petit miracle végétal. Elle permettrait en effet de lutter contre l’obésité, protégerait du diabète de type 2 et même de l’athérosclérose… La mandarine donc, ou plutôt un flavonoïde particulier, la nobilétine. Une équipe canadienne vient en effet de montrer, que la consommation de ce petit agrume permettrait de lutter contre l’augmentation des taux de mauvais cholestérol et de triglycérides.

Pour en arriver à ces conclusions, le Pr Murray Huff et son équipe de l’Université de Western Ontario, ont effectué leurs recherches comme c’est souvent le cas, sur des souris. Dans un premier groupe, les rongeurs ont été soumis à un régime qualifié d’« occidental », comprenez par là qu’il était riche en graisses et en sucres. Résultat : elles sont rapidement devenues obèses et ont présenté tous les signes évocateurs d’un syndrome métabolique. Taux élevés de cholestérol, de triglycérides, d’insuline et de glucose dans le sang…

Le second groupe a suivi exactement le même régime, enrichi cependant en nobilétine. Elles ont (bien entendu) pris du poids. Cependant, les auteurs n’ont détecté aucun élément pouvant laisser supposer l’existence d’un syndrome métabolique. Selon le Pr Huff, « ces souris traitées par la nobilétine ont été protégées contre les risques liés à l’obésité. A plus long terme, cette substance les a également protégées de l’athérosclérose qui peut conduire à un infarctus du myocarde ou à un accident vasculaire cérébral (AVC). »

Il y a deux ans, Murray Huff avait démontré que la naringénine, un flavonoïde présent dans les pamplemousses, avait des vertus similaires. Pourtant aujourd’hui, il estime que «  les effets protecteurs de la nobilétine seraient 10 fois plus puissants que ceux de la naringénine ».

La mauvaise nouvelle, c’est que le mois d’avril sonne le glas de la saison des mandarines. Ces dernières sont en effet de vrais fruits d’hiver. Vous devrez donc attendre le mois de novembre pour en retrouver sur les étals…

Source : Diabetes, 6 avril 2011

Une pomme par jour (ou plus…) éloigne aussi le cholestérol

Une pomme par jour (ou plus…) éloigne aussi le cholestérol

« Une pomme par jour éloigne le médecin ». L’adage est bien connu, avec même une antériorité très supérieure au fameux « 5 fruits et légumes par jour ». Mais pourquoi particulièrement la pomme ? Tout simplement parce que le fruit défendu aurait en réalité, des vertus insoupçonnées…

Les bienfaits des pommes vont bien au-delà de leur teneur en fibres. La pectine et les polyphénols qu’elles contiennent permettraient en effet d’agir sur le LDL cholestérol, le mauvais cholestérol. Pour en arriver à ces conclusions, des chercheurs du département de nutrition à l’Université de Floride (Tallahassee), ont réparti 160 femmes de 45 à 65 ans, en deux groupes.

Dans le premier, les participantes ont dû consommer 75 gr par jour de pommes séchées. Ce qui représente tout de même… plusieurs pommes fraîches, puisqu’elles renferment « plus de 84% d’eau ! Les femmes du second groupe quant à elles, ont consommé des pruneaux. Des échantillons sanguins ont été prélevés à 3, 6 et 12 mois.

Résultats : à 6 mois, les femmes du premier groupe ont vu leur taux de LDL cholestérol chuter de… 23%. Mais ce n’est pas tout. Elles ont également connu une baisse de la concentration en protéine C-réactive, un marqueur cardio-vasculaire bien connu.

« Je ne m’attendais pas à une telle baisse du LDL cholestérol confie le Dr Bahram H. Arjmandi, principal auteur de l’étude. « Sans compter qu’en parallèle, le taux de bon cholestérol, ou HDL a augmenté de 4%. Cette consommation quotidienne a même conduit, en moyenne, à une perte de poids de 3,3kg chez les participantes. Sans doute cela est-il du à la pectine et son effet de satiété ». En revanche, l’histoire ne dit rien des « autres » habitudes alimentaires des femmes durant cette année d’étude. Ni sur la pratique ou non d’une activité physique.

Source : Experimental Biology, 12 avril 2011- APRIFEL, Agence pour la Recherche et l’Information en Fruits et Légumes frais, site consulté le 14 avril 2011

Pierre d’alun : ses vertus

On peut l’utiliser comme déodorant, pour désinfecter une plaie, cicatriser plus vite ou raffermir sa peau… La pierre d’alun a de nombreuses vertus ! Focus sur ce minéral extraordinaire.


L’alun : produit de beauté

La pierre d’alun naturelle resserre les pores de la peau, c’est son action astringente. « C’est idéal pour éviter les effets de poils incarnés, boutons, et rougeurs liées aux irritations quotidiennes », explique Sandrine Rousseau, pharmacienne. De plus, vous pouvez l’employer pour raffermir la peau du visage ! « Appliquée localement, l’alun a un effet tonique sur la peau, comme les soins tenseurs mais à moindre coût », ajoute la spécialiste. Mode d’emploi : Geste beauté naturel au quotidien, appliquez la pierre humide sur le visage en massant à tout moment de la journée, pour un coup d’éclat immédiat !

L’alun : contre la transpiration

Naturelle, « la pierre d’Alun est utilisée pour limiter la transpiration, empêcher la fermentation et neutraliser les bactéries responsables des mauvaises odeurs », explique Sandrine Rousselot, pharmacienne. C’est sans risque de réaction allergique, et facile : la pierre peut être appliquée directement après la douche sur la peau humide, sur les aisselles, les pieds, le creux des mains, le front ou la nuque…

Un après-rasage naturel

Les propriétés cicatrisantes et astringentes de la pierre d’alun font d’elle un vrai atout pour le rasage. « Masculin ou féminin, le rasage provoque des réactions désagréables (poils incarnés, rougeurs et irritations) qui peuvent être limitées grâce à la fine pellicule protectrice que l’alun dépose à la surface de la peau », explique Sandrine Rousselot, pharmacienne. Mode d’emploi : Passer la pierre humidifiée à l’eau froide sur les zones à raser. Appliquer avant un rasage électrique pour faciliter la coupe et après un rasage manuel pour accélérer la cicatrisation. A savoir : En cas de rasage manuel, l’application immédiate de la pierre d’alun peut provoquer de légers picotements.

Des vertus bactériostatiques et coagulantes

« La pierre d’alun, de par ses qualités bactériostatiques, inhibe la prolifération des bactéries, souvent cause des mauvaises odeurs« , explique Sandrine Rousselot, pharmacienne. De plus, « son action coagulante permet de stopper les saignements légers provoqués par les coupures, même sur les zones du corps les plus fragiles », ajoute notre spécialiste. Mode d’emploi : Appliquez en massage la pierre humide directement sur la coupure ou l’égratignure pendant quelques secondes (sauf sous les aisselles).

Des propriétés cicatrisantes

La composition de l’alun fait de cette pierre un agent cicatrisant très efficace. Avec elle, « on peut localement soulager les petits boutons, les gencives douloureuses, les aphtes et autres petits problèmes buccaux dentaires légers », explique Sandrine Rousselot, pharmacienne. Mode d’emploi : Par application locale, déposez la pierre légèrement humide sur la zone à traiter, rincez après quelques secondes et répétez l’opération autant de fois que nécessaire. Même sur la gencive, c’est sans aucun danger !

Un assouplissant hypoallergénique

« Les assouplissants que l’on met dans notre machine à laver peuvent causer des allergies aux peaux les plus sensibles », explique Sandrine Rousselot, pharmacienne. Au contraire, l’alun est un assouplissant 100 % naturel et hypoallergénique ! « Dissout dans l’eau, l’alun à la même texture douce que l’argile, mais il ne tache pas », révèle la pharmacienne. Il est vendu sous forme de poudre dans le commerce, ce qui facilite son utilisation pour le linge. Mode d’emploi : On peut ajouter une bonne cuillère à soupe de poudre d’alun directement dans le tambour de la machine à laver ou dans la lessive pour blanchir et assouplir le linge. C’est sans danger !

L’alun : pratique et pas cher !

Facile d’utilisation et sans risques pour la santé : Il suffit d’appliquer la pierre d’alun sur la peau humide puisque la pierre est soluble dans l’eau. Vendue sous plusieurs aspects (sticks, pierre brute, poudre…) elle s’adapte à tous les besoins sans jamais nuire aux peaux sensibles… – Economique : Une pierre d’alun de 60 g a une durée d’utilisation d’environ une année… soit 12 déodorants traditionnels ! – Simple à conserver : On la conserve dans son emballage d’origine à l’abri de l’humidité et « surtout pas au bord de sa baignoire au risque qu’elle ne se désagrège », prévient Sandrine Rousselot, pharmacienne.

Attention aux contrefaçons !

« La véritable pierre d’alun naturelle est à base d’alunite sortie des carrières de minéraux. En revanche, la fausse pierre d’alun contient des sels d’ammonium obtenus industriellement par une opération chimique », explique Sandrine Rousselot, pharmacienne. La loi sur les cosmétiques et cosmétiques naturels impose aux fabricants et distributeurs de stipuler les ingrédients contenus dans leurs produits. D’où deux appellations très distinctes à vérifier sur l’emballage pour ne pas se faire avoir : – La pierre d’alun naturelle : POTASSIUM ALUN – La pierre d’alun synthétique : AMMONIUM ALUN

Pourquoi est-elle non toxique ?

La pierre d’alun naturelle est un produit parfaitement toléré par tous, même par les peaux les plus sensibles ! En effet, « la charge ionique négative du potassium alun et sa structure moléculaire particulière font que son dépôt reste en surface sans être absorbé par les cellules de la peau, ce qui la rend absolument inoffensive« , explique Sandrine Rousselot, pharmacienne. Ce n’est pas le cas de tous les cosmétiques usuels qui traînent dans nos armoires de salle de bains, et qui contiennent des composants d’aluminium. Autre atout : « La pierre d’alun, en plus d’être hypoallergénique, ne présente aucune odeur », explique la spécialiste, et n’interagira donc pas avec les parfums que vous portez.

MEDISITE  Jessica Benzaqui

Levure de riz rouge et Grenade d’Arjuna

Permet de réduire le « mauvais cholestérol »

  • Réduit naturellement le taux de « mauvaises graisses » dans le sang
  • Contribue au bon fonctionnement du système cardiovasculaire

Le + produit :
La formule est élaborée à partir de levure de riz rouge titrée en monacoline et grenade d’Arjuna titrée en polyphénols antioxydants.

Description du produit

Pilulier de 60 gélules

Alimentation désiquilibrée, taux élevé de cholesterol, antécédants familiaux de troubles cardio-vasculaires..
La Levure de Riz Rouge & Grenade d’Arjuna réduit naturellement le taux de « mauvaises graisses » dans le sang et contribue au bon fonctionnement cardio-vasculaire.
Consommée dans les pays asiatiques depuis des siècles, la Levure de Riz rouge obtenue par fermentation (Monascuspurpureus) contient de la Monacoline, un actif naturel capable d’inhiber la synthèse du cholestérol ainsi que des phytostérols, des isoflavones et des acides gras monoinsaturés, aux effets bénéfiques sur le métabolisme des graisses et le système cardio-vasculaire.
La Grenade est un fruit extrêmement riche en Polyphénols, principalement de l’Acide Ellagique, auquel on attribue des propriétés sur la réduction du « mauvais cholestérol ».

Conseils et recommandations

Conseils d’utilisation : 2 gélules par jour avant les principaux repas avec un grand verre d’eau.

Recommandations : Programme de 20 jours renouvelable.

Ingrédients

Ingrédients : Levure de riz rouge fermentée titrée en monacoline, gélule (gelatine, colorants :oxyde de fer, dioxyde de titane), agent de charge : maltodextrine, extrait de grenade d’arjuna (support: maltodextrine, anti-agglomérant: silice, émulsifiant : stéarate de magnésium, anti-agglomérant : silice

Valeusr nutritionnelles moyennes / 2 gélules :

  • Levure de riz rouge: 450 mg (Dont Monacoline : 1.2 mg)
  • Extrait de Grenade d’Arjuna : 50 mg

(Dont Polyphenols :25 mg )