Résutats analyse sanguine et urinaire

BIOCHIMIE DU SANG unités du système conventionnel unités du système international
EXAMENS COURANTS
glycémie SAVOIR PLUS
à jeun
en post prandial (60 minutes)
en post prandial (90 minutes)
en post prandial (120 minutes)
0,77 à 1 g/l
< 1,6 g/l
< 1,6 g/l
< 1,6 g/l
4,2 à 6 mmol/l
< 9 mmol/l
< 8 mmol/l
< 7 mmol/l
HbA1c SAVOIR PLUS
4 à 6 %
triglycérides SAVOIR PLUS
homme
femme
0,40 à 1,50 g/l
0,30 à 1,40 g/l
0,45 à 1,70 mmol/l
0,35 à 1,60 mmol/l
cholestérol total SAVOIR PLUS
< 20 ans
adulte
cholestérol-HDL SAVOIR PLUS
cholestérol-LDL SAVOIR PLUS
cholestérol-VLDL
< 2 g/l
1,5 à 2,5 g/l
0,35 à 0,60 g/l
1,2 à 1,7 g/l
0,05 à 0,12 g/l
< 5 mmol/l
3,87 à 6,45 mmol/l
0,9 à 1,5 mmol/l
3,1 à 4,4 mmol/l
0,15 -0,31 mmol/l
Apolipoprotéine -A1 SAVOIR PLUS
homme
femme
apolipoproteïne-B SAVOIR PLUS
homme
femme
1,30 à 2,20 g/l
0,35 à 0,45 g/l
0,50 à 1,50 g/l
0,50 à 1,25 g/l
.
créatinine SAVOIR PLUS
homme
femme
enfant
7 à 13 mg/l
5 à 10 mg/l
1,75 à 4,4 mg/l
60 à 115 µmol/l
45 à 90 µmol/l
15 à 40 µmol/l
acide urique SAVOIR PLUS
homme
femme
enfant
35 à 70 mg/l
25 à 60 mg/l
20 à 40 mg/l
210 à 420 µmol/l
150 à 360 µmol/l
120 à 240 µmol/l
bilirubine
totale
directe ou conjugue
3 à 10 mg/l
� 3 mg/ml
5 à 17 µmol/l
� 5 µmol/l
urée SAVOIR PLUS
0,10 à 0,60 g/l
1,66 à 10 mmol/l
MARQUEURS CARDIAQUES SAVOIR PLUS
IONOGRAMME
osmolalité plasmatique 290 à 310 mOsm/kg d’eau .
Na (sodium) SAVOIR PLUS 135 à 145 mEq/l

135 à 145 mmol/l

K (potassium) SAVOIR PLUS 3,5 à 5 mEq/l

3,5 à 5 mmol/l

Cl (chlorures) SAVOIR PLUS 95 à 115 mEq/l

95 à 115 mmol/l

bicarbonates RA (réserves alcalines) SAVOIR PLUS 22 à 28 mEq/l

22 à 28 mmol/l

protéines 16 mEq/l

16 mmol/ll

Mg (magnésium) 18 à 30 mg/l

18 à 30 mmol/l

Ca (calcium ou calcémie) SAVOIR PLUS 90 – 105 mg /l

2.2 – 2.6 mmol /l

P (phosphates phosphatémie) SAVOIR PLUS
adultes
jeunes enfants
25 – 45 mg /l
40 – 60 mg /l
0.80 – 1.45 mmol /l
1.28 – 1.92 mmol /l
ÉLECTROPHORÈSE DES PROTÉINES SAVOIR PLUS
protéines normales 60 à 80 g/l 60 à 80 %
albumine SAVOIR PLUS 33 à 49 g/l 55 à 65 %
globulines 20 à 35 g/l 35 à 45 %
alpha-1 globulines 0,9 à 2,4 g/l 1,5 à 4 %
alpha-2 globulines 5,7 à 10,4 g/l 7 à 13 %
béta globulines 4,8 à 11,20 g/l 8 à 14 %
gamma globulines 7,2 à 16 g/l 12 à 20 %

constantes biologiques VALEURS USUELLES RENCONTRÉES CHEZ L’ADULTE

HÉMATOLOGIE unités du système conventionnel unités du système international
NUMÉRATION SAVOIR PLUS
numération des hématies SAVOIR PLUS
homme
femme
nouveau-né
4,5 à 5,5 millions/mm3
4 à 5 millions/mm3
4 à 5,5 millions/mm3
4,5 à 5,5 T/l
4 à 5 T/l
4 à 5,5 T/l
leucocytes SAVOIR PLUS
adulte
enfant < 5 ans
4 000 à 10 000 /mm3
4 000 à 15 000 /mm3
4 à 10 G/l
4 à 15 G/l
thrombocytes (plaquettes) SAVOIR PLUS 150 000 à 400 000 /mm3 150 à 400 G/l
réticulocytes SAVOIR PLUS 20 000 à 75 000 /mm3 25 à 75 G/l
FORMULE LEUCOCYTAIRE SAVOIR PLUS
polynucléaires neutrophiles (PNN)
SAVOIR PLUS
45 à 70 % 1 800 à 7 000 /mm3 1,8 à 7 x109 /l
polynucléaires éosinophiles (PNE)
SAVOIR PLUS
1 à 5 % < 500 /mm3 < 0,5 x109 /l
polynucléaires basophiles (PNB)
SAVOIR PLUS
0 à 1 % < 100 /mm3 < 0,1 x109 /l
lymphocytes SAVOIR PLUS 20 à 40 % 1 500 à 4 000 /mm3 1 à 4 x109 /l
monocytes SAVOIR PLUS 4 à 10 % 100 à 1 000 /mm3 0,16 à 1 x109 /l
HÉMOSTASE
temps de saignement (Duke) 120 à 240 secondes .
temps de Howell 90 à 150 secondes .
TCA ou TCK (temps de céphaline-kaolin) SAVOIR PLUS 30 à 50 secondes .
TP (temps de Quick) SAVOIR PLUS 12 à 14 secondes > 70% à celui du témoin .
INR (international normalized ratio) SAVOIR PLUS
(temps de Quinck du malade sur celui du témoin, sous AVK)
1 .
fibrinogène SAVOIR PLUS 2 à 4 g/l 6 à 12 µmol/l
D-dimères SAVOIR PLUS < 0,50 µg/ml
PDF (produit de dégradation de la fibrine < 10 µg/ml .
EXPLORATION DE L’ANÉMIE
hématocrite SAVOIR PLUS
homme
femme
42 à 54 %
37 à 47 %
0,42 à 0,54
0,37 à 0,47
hémoglobine (Hb) SAVOIR PLUS
homme
femme
nouveau-né
13 à 17 g/dl
12 à 15 g/dl
16 à 21,5 g/dl
8,07 à 10,55 mmol/l
7,45 à 9,31 mmol/l
10,23 à 13,30 mmol/l
fer sérique SAVOIR PLUS
homme
femme
nouveau-né
60 à 170 µg/dl
50 – 160 µg /dl
110 – 200 µg/dl
10 à 30 µmol/l
9 – 28 µmol
30 à 35µmol/l
coéfficient de saturation de la sidérophyline (transférine) 20 à 40 % 2 à 4 µmol/l
ferritine SAVOIR PLUS
homme
femme
20 à 250 ng/ml
15 à 260 ng/ml
20 à 250 µg/ml
15 à 260 µg/ml
VGM (volume globulaire moyen)
SAVOIR PLUS
80 à 100 µ3 80 à 100 fl
TGMH (teneur globulaire moyenne en Hb)
SAVOIR PLUS
27 à 32 pg 1,67 à 1,98 fmol
CGMH (concentration glogulaire moyenne en Hb) SAVOIR PLUS 300 à 360 g/l 20 à 22,3 mmol/l
AUTRES EXAMENS
vitesse de sédimentation après 1 heure (Westergreen)
SAVOIR PLUS
homme
femme
3 à 10 mm
5 à 20 mm
.
Sérodiagnostic Syphilis SAVOIR PLUS
Sérodiagnostic Toxoplasmose SAVOIR PLUS

Votre médecin vous a prescrit une analyse. Pour quelles raisons ? Que signifient ces dosages ? Analyses de sang, analyses biochimiques, bactériologiques…

IMMUNOLOGIE unités du système conventionnel unités du système international
agglutinines froides . normalement titré < 1/32
agglutinines irrégulières . 0
immunoglobulines sériques
IgA
IgD
IgG
IgM
IgE totales SAVOIR PLUS
90 à 450 mg/100 ml
< 0,400 mg/100 ml
800 à 1 800 mg / ml
60 à 260 mg / ml
.
0,9 à 4,50 g/ l
< 0,400 g/ l
8 à 18 g/ l
0,6 à 2,6 g/ l
150 UI/ ml
MARQUEURS TUMORAUX SAVOIR PLUS
(diagnostic et/ou surveillance)
antigène carcini-embryonnaire (ACE) SAVOIR PLUS
côlon, rectum, sein, thyroïde, …
< 5ng/ml < 2,5 µg/l
alpha-foetoproteïne (AFP) SAVOIR PLUS
foie, testicule, digestif, …
< 15 µg/l .
antigène prostatique spécifique (PSA)
prostate SAVOIR PLUS
< 2,5 ng/ml < 3,5 µg/l
antigène CA 15-3 SAVOIR PLUS
sein, bronche, ovaire, …
< 30 U/ml .
antigène CA 125 SAVOIR PLUS
ovaire, pancréas, foie, poumon, …
< 35 U/ml .
antigène 19-9 SAVOIR PLUS
pancréas, estomac, …
< 35 U/ml .
antigène CA 72-4 (TAG 72)
ovaire- estomac
< 6 U/ml .
décarboxyprothrombine (DCP)
foie
< 300 µg/l .
énolase neuro-spécifique (ENS)
poumon-système nerveux
< 12,5 µg/l .
bêta-2 microglobuline (myélome-aussi HIV)
adulte
nouveau-né
1 à 2,5 mg/l
< 5,4 mg/l
.
viline
côlon-rectum
< 20 ng/ml .
HCG
testicule
< 5 U/l .
thyrocalcitonine (TCT) ou calcitonine
thyroïde
< 10 ng/ml .
thyroglobuline
thyroïde
< 25 ng/ml .

Votre médecin vous a prescrit une analyse. Pour quelles raisons ?

LES VITAMINES unités du système conventionnel unités du système international
folates (vitamine B9) SAVOIR PLUS
folates fériques
folates érythrocytaires
.2,5 à 16 µg/l
145 à 530 µg/l
6 à 36 nmol/l
330 à 1200 nmol/l
vitamine B12 SAVOIR PLUS 160 – 800 pg/ml

HORMONOLOGIE unités du système conventionnel unités du système international
HORMONES STEROÏDIENNES
aldostérone sérique
couché
debout
10 à 125 ng/l
68 à 300 ng/l
28 à 345 µmol/l
190 à 820 µmol/l
cortisol plasmatique: SAVOIR PLUS
Heure de prélèvement
8 h
12 h
16 h
20 h
24 h
275 – 685 nmol/l
190 – 465 nmol/l
165 – 300 nmol/l
110 – 250 nmol/l
55 – 190 nmol/l
100 – 250 µg/l
70 – 170 µg/l
60 – 110 µg/l
40 – 90 µg/l
20 – 70 µg/l
estradiol plasmatique (E2) SAVOIR PLUS
homme
femme
phase folliculaire
pic ovulatoire
phase lutéale
prépubére
ménopausée
< 50 ng/l
20 à 150 ng/l
95 à 600 ng/l
41 à 300 ng/l
< 20 ng/l
< 30 ng/l
< 184 pmol/l
0,10 à 0,55 nmol/l
0,35 à 2,20 nmol/l
0,15 à 1,10 pmol/l
< 0,7 nmol/l
< 0,10 nmol/l
progestérone plasmatique SAVOIR PLUS
homme
femme
phase folliculaire
pic ovulatoire
phase lutéale
ménopausée
0,21 à 0,56 µg/l
0,21 à 2,10 µg/l
0,70 à 4,20 µg/l
6,60 à 28,70 µg/l
0,21 – 0,56 µg/l
0,70 à 1,82 nmol/l
0,70 à 6,70 nmol/l
2,10 à 13,30 nmol/l
21 à 91 nmol/l
0,7 à 1,82 nmol/l
testostérone plasmatique
homme
femme
3 à 11 µg/l
0,2 à 0,9 µg/l
10,4 à 38,1 nmol/l
0,7 à 3,12 nmol/l
HORMONES POLYPEPTIDIQUES
ACTH plasmatique (corticotrophine) 15 à 80 pg/l 3,3 à 17,6 pmol/l
FSH (folliculostimuline) SAVOIR PLUS
homme
femme
phase folliculaire
pic ovulatoire
phase lutéale
ménopausée
2,5 à 5 UI/l
2 à 10 UI/l
6 à 30 UI/l
1 à 6 UI/l
> 20 UI/l
.
LH plasmatique (hormone luténisante) SAVOIR PLUS
homme
femme
phase folliculaire
pic ovulatoire
phase lutéale
ménopausée
2,5 à 5 UI/l
0,5 à 6 UI/l
10 à 50 UI/l
0,5 à 6 UI/l
> 10 UI/l
.
BHCG plasmatique
homme
femme SAVOIR PLUS
< 5 UI/l
grossesse dès le 10e jour
si > ou = 10 UI/l
avant ménopause < 10 UI/l
après ménopause < 20 UI/l
prolactine SAVOIR PLUS < 20 µg/l < 360 mUI/l
insulinémie
à jeun
après charge en glucose (1 heure)
15 à 20 mUI/l
10 à 150 mUI/l
35 à 143 pmol/l
72 à 1080 pmol/l
peptide C sérique
à jeun
après glucagon
1 à 5 µg/l
multiplié par 2 à 3
0,2 à 1 nmol/l
/
parathormone (PTH) intacte – 1 – 84 10 à 65 ng/l .
HORMONES POLYPEPTIDIQUES
T3 libre (FT3) (tri-iodothyronine) SAVOIR PLUS 2 à 5,6 ng/l 3 à 8,5 pmol/l
T3 totale 0,7 à 2,2 µg/l 1,07 à 3,37 nmol/l
T4 libre (FT4) (thyroxine) SAVOIR PLUS 8 à 23 ng/l 11 à 29 pmol/l

valeurs normales analyses une analyse. Pour quelles raisons ? Que signifient ces dosages ? Analyses de sang, analyses biochimiques, bactériologiques…

ENZYMOLOGIE unités du système conventionnel unités du système international
T4 totale
40 à 130 µg/I 51 à 168 nmol/l
thyroglobuline
< 25 ng/ml
.
TSH ultrasensible (hormone thyréostimuline)
SAVOIR PLUS
0,15 à 5 µU/ml 0,15 à 5 mcU/ml
Aldolase sérique
Adulte
Enfant de 3 à 10 ans
Avant 3 ans
2 à 8 UI/I
4 à 15 UI/I
10 à 25 UI/I
.
amylase
sérique
urinaire
10 à 60UI/I
20 à 200 UI/I
.
CPK (Créatine phosphokinase)
Fraction MB
15 à 150 UI/I à 30°
< 0,06
.
gamma-GT (gamma-glutamyl-transpeptidase) < 35 UI/I .
glucose-6-phosphate déshydrogénase
avant 1 an
après 1 an
4,5 à 8,5 UI/g d’hémoglobine
3,5 à 5,5 UI/g d’hémoglobine
.
LDH (Lactico déshydrogénase)
100 à 240 UI/I à 30°
..
lipase sérique < 190 U/I .
5′ Nucléotidase < 9 UI/I à 37 ° < 0,290 µmol/s/l
PA (Phosphatases alcalines) SAVOIR PLUS
Adulte
Enfant
Nourrisson
10 à 120 UI/I
40 à 280 UI/I
70 à 320 UI/I
36 à 225 µmol/s/l
70 à 520 µmol/s/l
130 à 600 µmol/s/l
Phosphatases acides totales
Phosphatases acides prostatiques
< 10 UI/I à 37°
< 3 UI/I à 37°
.
transaminases SAVOIR PLUS
ALAT (ou GPT)
ASAT (ou GOT)
5 à 40 UI/I à 30°
5 à 38 UI/I à 30°
.

valeurs d analyse. Pour quelles raisons ? Que signifient ces dosages ? Analyses de sang, analyses biochimiques, bactériologiques…

HÉPATITES SAVOIR PLUS

.

Mononucléose infectueuse, infection à virus Epstein-Barr SAVOIR PLUS
URINES
unités du système conventionnel unités du système international
pH
4,6 à 7,8 .
COMPTE D’ADDIS SAVOIR PLUS
hématies < 2 000 /ml .
leucocytes
< 2 000 /ml
.
cylindres
< 5 à 6 /ml
.
germes
< 103/ml
.
IONOGRAMME
Osmolalité urinaire
500 – 1 000 mOsm/kg d’eau
.
Na (sodium)
100 à 300 mEq/24 h
100 à 300 mmol/24 h
K (potassium) 40 à 100 mEq/24 h 40 à 100 mmol/24 h
Cl (chlorures) 80 à 250 mEq/24 h 80 à 250 mmol/24 h
Ca (calcium)
50 à 300 mEq/24 h
1 ,25 à 7,5 mmol/24 h
Mg (magnésium)
60 à 200 mEq/24 h
2,5 à 8,2 mmol/24 h
phosphates urinaires
500 à 1400 mEq/24 h
16 à 45 mmol/24 h
AUTRES EXAMENS
protéinurie physiologique SAVOIR PLUS < 90 mg/24 h < 1,26 µmol/24 h
acide urique urinaire SAVOIR PLUS 400 à 800 mg /24 h 1,8 à 4,8 mmol /24 h
créatinine
clairance à la créatinine
15 à 25 mg/kg/24 h
90 à 140 ml/min
132 à 221 mmol/kg/24 h
1,5 à 2,35 ml/s
catécholamines urinaires totales < 100 µg/24 h < 0,60 µmol/24 h
CRP plasmatique SAVOIR PLUS < 5 mg/l
glycosurie SAVOIR PLUS absence
corps cétoniques SAVOIR PLUS absence

.

SELLES
pHSang occulte dans les selles SAVOIR PLUS

Les remarquables progrès des greffes de sang et de moelle

Cinquante ans après la première greffe du Pr Mathé


« Peu de disciplines scientifiques et médicales ont connu au cours des cinquante dernières années autant de bouleversements et de progrès dans le domaine de la recherche fondamentale et des nouvelles thérapeutiques que l’hématologie » (que les greffes de sang et de moelle), souligne le Pr Norbert-Claude Gorin, président du 37e congrès annuel de l’European Group for Blood and Marrow Tranplantation (EBMT) et responsable médical du pôle oncologie-hématologie-médecine nucléaire de l’hôpital Saint-Antoine à l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris.

CINQUANTE-DEUX ans après la première greffe de moelle réalisée par le Pr Georges Mathé, l’activité de la greffe connaît une croissance extraordinaire en France (doublement ces cinq dernières années) et dans le monde entier.

Les avancées techniques sont telles que, aujourd’hui, tout patient atteint d’une hémopathie maligne peut, jusqu’à 70 ans, à quelques exceptions près, bénéficier d’une transplantation de cellules souches hématopoïétiques provenant d’un donneur familial (frère, soeur, voire parents), d’un donneur volontaire non apparenté inscrit sur l’un des registres internationaux (14 millions de volontaires actuellement), d’un sang de cordon (60 000 unités stockées dans le monde) ou d’une autogreffe. Les malades à un moment bien choisi de l’évolution de la maladie peuvent donner eux-mêmes des cellules souches qui seront congelées dans un premier temps et leur seront réinjectées ultérieurement après des chimiothérapies lourdes.

Des préparations considérablement allégées.

Dans le domaine clinique, des progrès immenses ont été réalisés en matière de techniques de conditionnement, c’est-à-dire de préparation avant l’injection du greffon. Les préparations se sont considérablement allégées et sont devenues beaucoup moins toxiques. Ainsi, les greffes de cellules souches sont de plus en plus souvent proposées à des patients âgés ou à des patients fragiles, qui étaient exclus jusqu’à il y a une dizaine d’années car ne pouvant tolérer des traitements intensifs ou des chimiothérapies trop lourdes. « Ces greffes dites à intensité ou à toxicité réduite font appel à des traitements plus ciblés et moins intensifs de chimiothérapie et/ou de radiothérapie », explique le Pr Mohamad Mohty, chef du service de greffe de moelle osseuse du CHU Hôtel-Dieu de Nantes.

Au cours de ce 37e congrès de l’EBMT, plusieurs communications portent également sur la prévention et le traitement de la réaction du greffon contre l’hôte (complication la plus redoutée des allogreffes) par l’emploi de nouvelles approches visant à atténuer le conflit immunitaire entre le donneur et le receveur.

Les cellules souches mésenchymateuses.

Dans le domaine de la recherche, les nouveaux développements de thérapies cellulaires et une lignée d’autres cellules souches, les cellules souches mésenchymateuses génèrent beaucoup d’attention au sein de la communauté scientifique. Ces cellules présentes dans le tissu adipeux abdominal et le placenta peuvent être mises en expansion plusieurs millions de fois et être ensuite réinjectées.

Enfin, les développements les plus récents concernent la recherche sur les cellules souches pluripotentes induites (CPSi) ou IPS (induced pluripotent stem cells) qui, dans un futur proche, pourraient apporter de nouvelles sources de greffe. Ces cellules permettront peut-être un jour de traiter les maladies neurologiques dégénératives, les maladies auto-immunes voire de greffer en autologue à partir de greffons hémato?poïétiques obtenus en laboratoire à partir de fibroblastes cutanés sains du malade lui-même, pour traiter des leucémies aiguës, des aplasies médullaires…

› Dr MICHELINE FOURCADE

Conférence de presse présidée par le Pr Norbert-Claude Gorin (Paris) et le Pr Alejandro Madrigal, président de l’EBMT, directeur scientifique de l’institut de recherche Anthony Nolan (Londres).

Le Quotidien du Pharmacien du : 11/04/2011